mardi 25 avril 2017

N’allez pas voter! Fabriquez vos rêves!



L’image contient peut-être : texte 


Le vote ne profite pas à l’Humanité, ce sont les rêves qui nourrissent l’avenir ! Les rêves sont les armes les plus terribles contre les tyrans. Tant que les Hommes vivent , ils rêvent.

Ca recommence, on nous fustige au sursaut républicain, pour faire barrage aux gars de la marine. Mieux vaut un banquier de haute volée , adoubé par le Medef, qu’une nazillonne fille d’un tortionnaire. Peste ou choléra? La gerbe ou la colique ?

L’un promet des larmes et du sang, l’autre pas moins. Le banquier de chez Rotchild nous met en garde contre l’hydre fasciste, alors qu’il sort d’un gouvernement qui a fait gazer et matraquer les sans papiers , les salariés en lutte, alors qu’il a fait appliquer les pires lois de la Veme république sans aucun vote, alors qu’il a fait une politique aux antipodes des promesses données.
Macron, il est utile de le rappeler à mis en, place une procédure qui complique, voire empêche,  la saisie des tribunaux de prud’hommes pour les salariés, dans un gouvernement qui a arrêté les élections à cette juridiction.
Macron promet aussi , des heures sup pas payées, un code du travail raboté par ordonnance, des alloc chômedu suspendues. Faut il vraiment le plébisciter ?
Valls le cogneur, appelle à l’unité en misant sur Macron et se pose en héraut de la loyauté (rires), lui qui a trahit jusqu’à son propre parti, pourtant passé maître dans l’art de la trahison sociale. Gataz appelle à la « résistance » contre Le Pen, avec Macron. Il ne manque que Dark Vador , Pétain et le docteur Petiot à cet appel pathétique.


Si nous ne nous reconnaissons pas plus dans le programme de Le Pen que celui de Macron, ce vote nous concerne pas.
Qu’ils se démerdent !!

Le vote c’est l’outil de l’acceptation du moins pire dans l’orchestration politique. C’est arracher notre responsabilité pour une politique anti-sociale que nous n’avons pas voulue. A force de voter pour le moins pire, depuis des dizaines d’années, nous avons le choix aujourd’hui entre un banquier qui juge les chômeurs trop payés et une fasciste.

Les professionnels de la politique ont peur, peur du front national qu’il s ont instrumentalisé depuis des décennies, pour justement gouverner par la peur. Pour toute réponse , opposons l’abstention ou le vote blanc, et qu’ils se démerdent.

Aucune avancée sociale n’a été donnée par les urnes. Les avancées de 1936 sont à mettre au crédit des 9 millions de grévistes. C’est la pression sociale qui a toujours forcé les gouvernants à lâcher des législations en faveur des plus démuni(e)s .Aujourd’hui encore, il serait vain de croire que Macron serait mieux que Le Pen,
Macron est le candidat des banques , des patrons , des professionnels politiques en mal de poste.

Le jeu républicain du poker truqué montre une donne favorable à plus de 65 % pour la droite, de la plus classique à la plus extrême, la gauche composite toute mouillée ne pèse à peine que 25 %, sans tenir compte des divisions.
Les urnes sont stériles et ne donneront rien

Mémoire sociale
Aux pires moment de notre histoire, c’est le rêve d’un monde meilleur qui a permis notre futur. Alors que l’occupant régnait, des fous se sont mis à rêver. Ils ont pensé un monde où les malades seraient pris en charge, où les loisirs seraient dus, où l’on serait payé quand l’age ne nous permettrait plus de travailler, un monde où la maladie, la misère, l’ignorance reculeraient. C ’est ce rêve construit, abouti que Macron et Le Pen veulent nous prendre. La seule façon de résister c’est de voir un rêve plus loin. Un rêve où les Femmes et Hommes n’ont pas de compte à rendre aux banquiers et aux fascistes.

Nous savons faire.
Depuis plus d’un siècle les salariés ont arraché les conditions que les patrons et les puissants leur refusaient. C’est compliqué, parce que nous devons penser par nous même dans un monde formaté.

Ce sont juste nos rêves que nous devons mettre sur pieds, et pas les désirs d’un banquier ou d’une nazillonne.

N’allons pas voter, ils ne sont pas nos maîtres

Tours le 25 Avril 2017

mardi 5 juillet 2016

le sous ministre n'aime pas Craonne



 

Michel ANCE
Ouvrier du Livre CGT

Lettre ouverte à
Jean-Marc Todeschini
sous ministre du
gouvernement Valls

Tours le 4 Juillet 2016

Monsieur,

Votre passage dans la Somme à Fricourt, lors d'une commémoration officielle, le 1er Juillet n'est pas passé inaperçu.. Vous avez interdit qu'on y chantât «Craonne», et vous fûtes obéi. . Venant d'un gouvernement qui veut interdire les manifestations à caractère social, qui est à l'origine d'un état d'urgence jamais vu, d'une répression policière inouïe, et qui veut même casser le code du travail, quoi de plus banal.

Veni, vidi, vici, donc, cependant, je tiens à vous rappeler que la Chanson de Craonne, créée en 1917, doit sa célébrité à la justesse de ses paroles mais aussi aux nombreuses et piteuses tentatives d'interdiction des pouvoirs politiques successifs. Vous avez donc le 1er Juillet renforcé le caractère rebelle de cette belle chanson, je vous remercie de votre maladresse.

Je cite le courrier Picard du 3 Juillet :
Le secrétaire d’État Jean-Marc Todeschini a refusé que soit entonnée la Chanson de Craonne, appel à la grève des soldats contre «  Tous ces gros qui font la foire (…) feraient mieux de monter aux tranchées pour défendre leur bien, car nous n’avons rien  ».

Pour mémoire cette chanson est associée à la boucherie du chemin des dames, ou l'assassin en chef, le général Nivelle fit envoyer à la mort 30 000 troufions en quatre jours, en Avril 1917. Pendant ce temps là, les gros faisaient la foire:
Berliet, fournisseur officiel d'obus triplait son chiffre d'affaire. Il ne fut pas le seul, Renault, Schneider, la famille De Windell furent aussi accrédités, par le socialiste Alexandre Millerand, ministre de la guerre, conseillé par le Comité des Forges. Pour l'occasion se crée le groupe Dassault, en 1916, qui fera le bonheur des champs de bataille et de ses actionnaires.
Tradition socialiste sans doute, François Hollande continue ses efforts pour le groupe Dassault, en vendant des articles meurtriers aux tyrans de la Terre.
S'il y a moins de morts au chemin des dames , la planète compte aujourd'hui 60 millions de déplacés et de réfugiés du fait des guerres. Anatole France avait vu juste: « On croit mourir pour la Patrie, on meurt pour les industriels
La chanson de Craonne n'a pas fini d'être chantée, elle reste en bonne place au registre antimilitariste. De nombreux artistes ont veillé au grain, Brassens, Brel, Marc Ogeret, Maxime Le Forestier, Renaud, Lèo Férré et j'en oublie.

Une certaine interdiction me semble être plus dans vos cordes. Après le piteux abandon de l'université d'été du parti socialiste, vous devriez interdire le séditieux poème « En revenant de Nantes ». Cet odieux pamphlet risque d'être détourné en quolibet à l'encontre de votre prestigieuse formation politique. Cette chanson narre le déplacement d'individus libertins en proie au désœuvrement, il est aussi question d'une fameuse digue, qui doit absolument rimer avec«Montaigu» . Interdisez ! Monsieur, sinon des hordes syndicalistes entonneront bientôt cette affreuse complainte rue de Solférino.
Je vous transmets, pour votre culture personnelle, « la médaille «  de Renaud, qui vous fera regretter Craonne.
Soyez assuré, Monsieur le sous ministre, de mes sentiments pacifistes et antimilitaristes les plus profonds


Michel ANCE

article publié dans la rotative.info
 https://larotative.info/le-sous-ministre-n-aime-pas-la-1747.html



l'article du Courrier Picard du 3 Juillet 2016


Craonne
https://www.youtube.com/watch?v=wGrdG85mmL0

La médaille